Basse Ariege : les news sur les gravières!

14/10/2013

Voir les photos de cette pollution annoncée : Sur la galerie Flickr

den14 denjean9
A lire :
  • le communiqué du Chabot de la conference de presse du 8 octobre 2013 Chabot-8-10-13.pdf
  • l'article de La dépeche du midi
  • le reportage d'Ariegenews
  • la gazette Ariégeoise N 41 du 11 octobre 2013 : La gazette Ariegeoise 11-10-2013.pdf
  • 08/04/2010

    Pour info : Voir le communiqué du Chabot du 16/12/2009) Voir aussi: Saverdun-Montaut: des Gravières partout?
    rejoignez-nous sur Groupe facebook Contre la prolifération des gravières en Basse-Ariege
    Signez notre pétition

    Le Collectif Contre la Prolifération des Gravières en Basse-Ariège

    Gravières :
    MAIN BASSE SUR LA BASSE-ARIEGE



    2010

    2040

    Saverdun 2010 Saverdun 2040

    QUI a consulté les ariégeois et les habitants de la Basse-Ariège sur cette nouvelle destination du territoire ?

    Pour arrêter cette prolifération de gravières, nous vous proposons :

  • De signer (et faire signer vos amis) la pétition telechargeable ici, et de nous la renvoyer à l'adresse indiquée.

  • ou bien de signer la petition sur internet: Signez l'E-petition
  • Saverdun - Montaut : des gravières partout?

    Depuis 2003, pour en préserver la ressource limitée et non renouvelable, le schéma des carrières de l’Ariège ne permettait pas d’ouvrir de nouvelles exploitations d’alluvions.

    Le renversement de cette politique de limitation des gravières en Ariège, a été fait sans que la commission des carrières* ait pu en évaluer les implications sur le territoire et sans enquête publique.

    * sur 13 membres, un seul représentant des associations, mais trois des carriers !

      La nouvelle politique des carrières alluvionnaires en Ariège, c’est :
    • + 100% de granulats extraits, principalement vers Toulouse,
    • + 78 % de terres converties en gravières,
    • + 82 % de surface de nappe exposée définitivement.
    .. et il y a encore des projets déposés : Malet à Montaut et Siadoux nouvelle extension à Saverdun …

    En 2007, des arrêtés de refus étaient prêts pour les deux plus gros projets de gravière.
    Pourquoi n’ont-ils jamais paru ?


    + 13 lacs, de 5 à 75 ha rien que pour Saverdun et Montaut en 2040. - 4 existent déjà -

      Les projets de pêche et de loisirs sont-ils réalistes sur l’évolution :
    • de la qualité des eaux pour les lacs dédiés aux poissons ?
    • des perspectives économiques pour les lacs loisirs ?
    Quels coûts pour un entretien minimal de qualité et de salubrité ? Qui pourra payer ?

    Le syndicat des carriers Midi-Pyrénées UNICEM se félicitait en 2008 d’être parvenu à faire admettre à l’administration ses estimations des « besoins » futurs de granulats de l’agglomération Toulousaine : 30% d’augmentation des « besoins » d’ici 2020 !!

    La Région valide-t-elle ces chiffres sans s’inquiéter davantage de leur signification pour l’avenir ?

    Pas de frein aux routes, voraces en matériaux ?
    Pas de fin prévue à l’urbanisation galopante ?

    Encore plus de camions sur les routes de la basse vallée malgré les promesses de ferroutage :
  • 100% en plus, s’il n’y a pas de transport par train des matériaux ?
  • 80% en plus même avec le transport par rail.


  • 450 camions par jour ?
  • 8 trains chaque nuit ?
  • Le transport par train des matériaux, une chimère ?

       le coût de raccordement au rail est énorme.
    Qui va financer ?

    ouvrira-t-on encore plus de carrières pour « partager les coûts » ?

    pourquoi n’est-t-il pas prévu d’interdire les locomotives au DIESEL ?

    consultera-t-on les riverains de la voie ferrée soumis au bruit toute la nuit en semaine, quand tout sera ficelé ?

    Et aussi des remblais :
    ▪ 46 ha à Saverdun
    ▪ 64 ha à Montaut
    Surveillés comment ?

    La nappe : Moins de nitrates mais :
    * exposition directe aux nombreux polluants véhiculés par les vents et les pluies,
    * une évolution de la qualité des plans d’eau incertaine,
    * la variation de niveau des eaux dans la zone des gravières n’est pas connue pour les conditions climatiques marquées
    * évaporation : 55000 équivalents-habitants d’eau potable/an.
    *Les nitrates dans les sols sont un phénomène reversible, par la non-utilisation de pesticides (notamment), contrairement aux trous creusés par les gravières, qui resteront définivement des lacs .

     Un engagement à long terme : les associations le Chabot, le Comité Ecologique Ariégeois, France-Nature-Environnement Midi- Pyrénées et Nature-Midi-Pyrénées sont engagées dans un ou plusieurs des recours au tribunal contre le schéma des carrières modifié, et contre les autorisations 2009 à Montaut et Saverdun. Les jugements «en première instance» ne seront connus qu’en 2012.